Elwing Board : la planche à roulettes électrique fait irruption à Bordeaux

Nous avons vécu sur en territoire chinois ; c’est dans ce pays que nous avons entamé l’analyse du marché et des fabricants. Dix-huit mois nous ont été nécessaires pour la fabrication de notre propre planche à roulettes ; affirmait Quentin Sartorius cofondateur de Elwing Board.

Casque, genouillères et tout l’équipement de sécurité greffé sur son corps, le cofondateur de commence à s’élancer entre les chaises et tables en pressant sur le bouton de la télécommande qu’il tient dans la pomme de sa main. La vitesse du skate peut monter jusqu’à 30km/heure ; affirme-t-il tout en souriant.

Cette petite firme dont le siège est à Darwin-Bordeaux vend depuis maintenant dix-huit mois, leur modèle de planche à roulettes électrique  (Hoverboard skate) ; une nouvelle forme de locomotion qui pourrait bien très prochainement se substituer à l’auto pour le transport urbain. C’est très pratique, puisqu’on pourrait l’amener dans le métro, le bus et même en voiture.

ElElwing Board skate éléctrique
la marque Elwing Board skate éléctrique de bordeaux

15 km d’autonomie

Il est là le véritable atout du Elwing Board : l’autonomie. En plus du fait qu’il soit très pratique, il est très léger, moins de 5kg (soit 4,7 Kg exactement). Son moteur est presque invisible ; ce qui donne la possibilité d’effectuer des acrobaties comme avec les planches classiques.

Lorsque la batterie est déchargée, l’utilisateur peut continuer à rouler tranquillement. Mais cela arrivera que très rarement, car il faut en moyenne une heure et demie de route pour que la batterie se décharge complètement ; ce qui permet de parcourir environ 15 km. La recharge se fait simplement sur une prise électrique. Toute cette technologie pour seulement 800 €.

Mais le cofondateur de la petite firme rappelle que rouler avec le skate n’est pas toujours aussi aisé au regard de la cohabitation difficile avec les autos. Le problème est que la loi est muette quant à l’usage des skateboards en ville. Il aimerait donc que les autorités prennent des dispositions pour que les skates puissent rouler aisément comme le font les vélos sur la voie cyclable. D’ailleurs que c’est déjà le cas aux États-Unis, notamment en Californie.

La petite firme poursuivra son essor

En attendant que les autorités daignent s’intéresser au sujet des skates, les fondateurs de la start-up ont bien l’intention d’accélérer les choses. Leur but est de commercialiser mille skates en 2018. Ils comptent aussi embaucher de nouveaux agents pour accentuer la distribution de leurs produits. Elwing Board veut également conquérir les marchés australiens et américains ; des contrées, où la planche à roulette électrique n’est pas une donnée nouvelle.

Add a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *